Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Article paru dans le Paris-Normandie le 2 mars 1992)

 

La taxidermie est une pratique ancestrale qui remonte à l'antiquité. Utilisée dans un premier temps à des fins religieuses, elle est devenue un métier artisanal à part entière. Cette profession n'a pas toujours eu bonne presse en raison des nombreux abus constatés dans le passé, mais également de par son principe, le taxidermiste effectuant l'empaillage des animaux morts.


Les opposants sont encore nombreux à l'heure actuelle. Peut-être est-ce dû à un nombre important d'amateurs qui exercent clandestinement cette technique artisanale, sans philosophie et véritables connaissances. 

 

Bertrand Quesnay, naturaliste-taxidermiste,...., compte parmi les dix professionnels existants dans la région haut-normande. Jeune, d'un naturel ouvert, passionné et particulièrement cultivé en la matière, il ne ressemble en rien au tableau péjoratif que l'on trace traditionnellement du taxidermiste.

Entre ses mains, la pratique devient un art noble, tout simplement parce qu'il connait les multiples facettes de son mêtier, qu'il  exerce avec respect en y transmettant son âme et son coeur d'esthète. Un art qu'il pratique depuis vingt ans. Bertrand Quesnay tient ce don de son père, qui était taxidermiste....

Ce dernier lui transmit les secrets de la technique que le jeune taxidermiste tint  perfectionner en prenant des cours par correspondance. La passion fit le reste.

 

Chasseur à ses heures, amoureux de la nature et fervent observateur de toutes les espèces animales (il en connait les attitudes), Bertrand Quesnay donne vie à ses dépouilles, en restituant un regard, une mimique typique de l'animal concerné. Spécialisé dans les animaux sauvages, les heures qu'il consacre à une dépouille( et il ne les compte pas!) sont un moyen de garder une relation privilégiée avec elle et tout l'environnement qu'elle représente, l'appel de la forêt, de la liberté......un sentiment qu'il partage avec la plupart de ses clients.

 

" La taxidermie, c'est restituer la vie et l'émotion du contact avec l'animal. C'est aussi une façon de préserver les espèces sauvages en permettant à un public enfant et adulte de les découvrir, de les toucher, de les observer".

...

Bien qu'il soit modeste, son lieu de travail ressemble à un véritable musée ou trônent des oiseaux, des fouines, des faisans, des têtes de chevreuils, de cerfs, de sangliers...toutes espèces animales sauvages autres que les animaux protégés, lesquels font l'objet d'une étroite surveillance. Il est strictement interdit de les naturaliser.

 

A proximité se trouve l'établi où il procède au dépouillage, au salage des peaux, au tannage. Trois phases particulièrement techniques auxquelles s'ajoute l'assouplissement du cuir en procédant à son dégrossissage.

 

L'art et le savoir-faire du taxidermiste, entre ensuite en jeu quand il s'agit de monter le mannequin, d'y monter la peau puis de modeler, sécher et maquiller l'animal. Avec une patience infinie, il lui faudra modeler puis remodeler tous les jours les expressions de l'animal jusqu'à l'obtention d'une étincelle de vie. Devant l'oeuvre terminée, c'est une envie de retenir son souffle pour ne pas effrayer l'oiseau, la biche: la taxidermie, c'est la vie en suspens.

 


Tag(s) : #ARTICLES PRESSE ET WEB

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :