Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PROFESSION " TAXIDERMISTE"

 

 

Héritier en ligne directe des embaumeurs égyptiens, les taxidermistes, appelés plus couramment empailleurs ou naturalistes en souvenir de Buffon, ne sont pas légion compte tenu de la difficulté du métier et des restrictions en matière de protection de la faune.

 

Pour Bertrand QUESNAY, cette voie professionnelle est un sacerdoce plus qu'un métier, et si, à l'approche de cette activité "salariale"se veut le prolongement  d'une passion de chasseur, il n'en demeure pas moins que l'apprentissage se compte en dizaine d'années.

 

En effet, si quelques amateurs s'adonnent  au plaisir de redonner forme aux gibiers de "trophée", il ne faut surtout pas oublier que l'à-peu près en la matière fait figure de ridicule. Aussi, nombreux sont ceux qui font appel au "savoir" pour conserver et admirer la prise exceptionnelle.

 

Visiter l'atelier d'un taxidermiste n'a rien d'engageant car, outre l'odeur fade des peaux en sèchage, les lieux sont imprégnés de l'émanation des produits de conservation.

 

De la "boucherie" à l'art

 

Aux troix bases du métier, à savoir : laver, saler, tanner, la partie la plus ingrate, aux dires de Bertrand Quesnay, se situe dans la première phase, celle qui consiste à enlever la chair de l'animal, ce qui s'apparente à un travail de "boucherie". Mais si l'évidage s'avère être la partie la plus ingrate, il ne faut pas oublier que cette pratique est nécessaire afin de débarasser la peau de ses graisses et chairs adhérentes.

 

Le reste devient un travail où l'artiste  rejoint la technique. A ce jeu, notre taxidermiste fait preuve de beaucoup de dextérité car, outre son école américaine, où il puisa les conseils de maîtres éclairés.......

 

.....Cette profession, avec pignon sur rue, demande beaucoup de volonté et de pugnacité. Mais notre taxidermiste, à l'image de ses confrères, en a à revendre....

 


   

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #ARTICLES PRESSE ET WEB

Partager cet article

Repost 0